PLÂTRE, 2020

TALM  Angers Invitation à l'espace expérimental de l'école supérieure d'art et de design, Rue sur vitrine, 9-30 oct 2020

Réalisation des Inconciliables

- Interview de J.G. par Mélissa Sayman le 14 octobre 2020

Rue sur vitrine, ancien petit commerce, passer lentement pour le remarquer. Il n’y a rien à vendre. Maintenant, lieu expérimental prêté aux élèves, aux artistes par TALM-Angers.
Un temps j’y ferai mon atelier, en privilégiant comme matériaux le verre* et le plâtre**. J’y concevrai de nouvelles pièces – après les plomb/plâtre, sculptures de dessins contrariés, 1994, la série d’ICI, un module ici par jour, 1996, « faire d’un mot une sculpture et d’une sculpture, un mot » dixit Christiane Vollaire, in Une sculpture de l’idée, édition Snoeck/cent lieux d’art, juin 2008, suivi d’échanges d’ICI, à partir du centième module.
La beauté, la fragilité. Fabriquer des objets réflexifs. Quand j’utilise le plâtre et le verre pour les joindre ; ils se séparent aussitôt après l’évaporation de l’eau, à croire que n’ayant plus soif, le plâtre se décolle de la vitre lui redonnant toute sa transparence lui ayant pris sa forme, mais pas sa résistance… devenu intransportable, et se brisant entre le pouce et l’index.
Mes références ne sont pas directement liées, à la sculpture, je vis autant avec la chanson, La complainte du progrès, les arts ménagers de Boris Vian, Le ruban blanc de Michaël Haneke, le One week de Buster Keaton et dans les oreilles, les Trois mouvements en forme de poire d’Erik Satie.

* Le verre, est une substance fabriquée, dure, cassante et transparente, formée de silicates alcalins. Pour fabriquer du verre, il faut mélanger du sable avec deux produits chimiques, de la soude et de la chaux que l’on chauffe à 1 600° C, ce qui est très chaud ! Le mélange devient alors du verre liquide qui est versé dans un moule. En refroidissant, il prend sa forme définitive, transparente et solide.

                                  Jacqueline Gueux, 2020